Intranet Pro
  Gestion des déchets  
  Qualité de l´environnement  
  Chemins de randonnées  
  Transports  
 
QUALITÉ DE L´ENVIRONNEMENT Taille du texte  Télécharger la page en pdf
 Le fleurissement de la commune

 Désherbage alternatif

 Eau potable



 Prenons soin de notre commune.
Nous avons tendance à considérer que la propreté de la commune passe systématiquement par la destruction massive des mauvaises herbes.

Pour obtenir ces résultats nous avons, commune, agriculteurs, particuliers, utilisé des désherbants chimiques pour traquer sans ménagement la plus petite herbe folle.
 
L’utilisation massive de pesticides est de plus en plus remise en question. Des études mettent en évidence que l’utilisation de ces produits chimiques engendre des effets importants sur notre environnement (faune et flore), mais aussi sur notre santé.

Le caractère majoritairement imperméable des zones urbaines entraîne le transfert massif dans les eaux des molécules herbicides utilisées. Ces molécules très peu solubles dans l’eau, sont entraînées vers les cours d’eau par lessivage des sols en temps de pluie avec également une dispersion des produits dans l’air.

L’incidence de ces traitements sur l’environnement étant désormais largement démontrée, la commune de Saint Gilles a développé, depuis quelques années des pratiques plus adaptées sur les espaces publics dont nous assurons la gestion. Nous nous sommes engagés dans une démarche qui tient compte de l’impact  environnemental des traitements phytosanitaires et qui a conduit à quasiment supprimer l’utilisation des produits chimiques.

Polluants pour le sol, ils sont aussi nocifs à manipuler.

Cette démarche, bien entendu, entraîne la remise en cause d’acquis considérés comme fondamentaux ; notre perception doit évoluer :

L’herbe ne doit plus être considérée comme mauvaise ou sale.

Cette démarche, longue et progressive, passe par différents essais qui entraînent un changement de notre représentation de la commune.

Depuis le 1 mai 2005, un arrêté préfectoral, afin de réduire les risques de pollution des eaux de surface sur l´ensemble du territoire départemental, interdit l´application ou le déversement de tout produit phytosanitaire à moins de un mètre de la berge de tout fossé, cours d’eau, canal ou point d’eau. Aucune application ne doit être réalisée sur avaloirs, caniveaux et bouches d’égout.

 Le désherbage de nos rues et trottoirs
Forts de ces différents constats, depuis plusieurs années, nous nous sommes tournés vers des méthodes alternatives au traitement chimique : dont le désherbage thermique (à bruleur), mais aussi mécanique (balayage mécanique, binage manuel, etc.), le développement du paillage…
Nous avons testé en 2006 et 2007 le désherbage thermique à gaz. Cette technique repose sur la dégradation par la chaleur des plantes indésirables. Une flamme, issue de la combustion du gaz (en bouteille), est passée sur la végétation à détruire ce qui dénature les protéines de la plante par coagulation et provoque l’éclatement des cellules. Ce procédé affaiblit la plante et peut entraîner sa mort.
 Toutefois, les résultats ne sont pas satisfaisants :
- Efficacité foliaire uniquement
- Risque d´incendie
- Nombre de passages importants (7 à 8 par an)
- Consommation de gaz importante
2007 a été une année particulière en ce qui concerne les conditions climatiques et nous a montré les limites de ce procédé.